Rictus
Garniouze inc.


CAPDENAC LE HAUT, place Lucter
Vendredi 25 novembre > 20h

Spectacle proposé à la suite de la Balade Allumée avec Pierre de Mecquenem (Cie La Machine) et les Pyrophiles.

Un acteur et un musicien donnent à entendre une interprétation modernisée du texte « Les Soliloques du pauvre » de Jehan Rictus, poète social du XIXème siècle. Il évoque l’errance d’un vagabond dans les rues d’une ville. Il jette un regard acide, aiguisé et réaliste sur le fonctionnement du monde, l’indifférence généralisée des hommes et l’abrutissement collectif.

Écrit en 1895, il n’en reste pas moins d’une cruelle actualité. Devenu spectacle, Rictus est la rencontre entre une langue épique au phrasé singulier et l’ère contemporaine. Il nous prouve, s’il le fallait encore, le triste bégaiement de notre Histoire et atteste que le vent des inégalités souffle depuis belle lurette. A la beauté du texte s’ajoutent le talent d’un comédien époustouflant, une langue à couper le souffle et à faire perler les yeux.

Derrière Le Hublot et l’Astrolabe du Grand-Figeac s’associent pour accueillir le comédien et metteur en scène Christophe Lafargue / Garniouze en résidence de création au Centre culturel de Leyme afin de lui permettre de travailler sur le texte Je m’appelle d’Enzo Cormann, écrit en 1999.


Qui est Christpohe Lafargue ?

Né en août 69 c’est son intrusion dans une rame de métro à l’Odéon en novembre 1989 pour une première manche qui marque ses débuts comme saltimbanque dans les Entrailles Capitales. Sûrement pas pour payer ses études à la Sorbonne Paris 1 en DEUG Arts et communication, car elles furent vite délaissées suite à sa découverte approfondie des Arts du Cirque et du Théâtre de rue ( « Le Chapiteau de Cordes » d’Archaos et « La Véritable Histoire de France » du Royal de luxe furent des déclencheurs).

Après trois ans de manches et de multiples expériences, il fonde sur Toulouse en 1992 avec 6 autres collègues la Compagnie Okupa Mobil, aventure collective voire collectiviste, autour d’une recherche et d’un travail sur le Clown. La professionnalisation viendra avec « Le Cirque Mibol » en 1993, puis « le Moderne Voyage » en 1996 avec les Barbarins Fourchus qui reçoit le soutien de la DMDTS. Pendant ces années toulousaines s’installe un contact avec « l’Usine » de l’époque, d’abord celle de Blagnac puis à Tournefeuille où le lieu recueillera sa reconnaissance. Parmi ces rencontres restera comme primordiale celle de Phéraille, avec qui il collabore depuis au sein du Phun. Ce sont « les 100 dessous » en 1996, puis « Enlèvement demandé » en 99, « « les Gûmes » en 2000. Chez Okupa Mobil, c’est encore « Mouton de campagne », un vaudeville catastrophe soutenu et emmené par Michel Dallaire et le Pole Clown du Hangar des mines d’Alès, qui enrichit son travail d’acteur. La compagnie cessera son activité en 2003, suite à des changements d’objectifs communs. Dans le théâtre du Phun, c’est « Le Train Phantôme » en 2003, « les Trous de mémoire » en 2004. De nombreuses compositions sont nées de ces créations, se démarquant du clown pour explorer d’autres personnages, différents, complexes, poétiques ou torturés. puis « « le Père Courage » depuis 2007 trotte à son tour dans les rues d’Europe. Il en est le Jimini Criquet et lui prête sa voix. Depuis 10 ans il travaille également comme regard extérieur et comme metteur en scène ( Carnage Productions, Phare Ponleu Selpak, Sacécripa, …) et il intervient régulièrement pour Clowns sans frontières et Clowns d’ailleurs et d’ici . Assez récemment il a tenté l’aventure devant la caméra où l’approche du jeu est encore différente. Il utilise également le timbre grave de sa voix pour commenter des documentaires ou faire des voice-over. Bien sur, et par delà, en 20 ans de boutique, il a participé à de nombreuses créations fugitives, boniments de foire et larcins de toutes sortes, difficilement répertoriables mais Ô combien enrichissants.


Spectacle co-accueilli avec l’Astrolabe Grand-Figeac.

Production déléguée Le Phun / Aide à la création l’Usine - lieu conventionné dédié aux arts de la rue (Tournefeuille / Grand Toulouse). Pronomade(s) en Haute Garonne, Centre National des Arts de la Rue. La Paperie, Centre National des Arts de la Rue à Angers, Usines Boinot. Centre National des Arts de la Rue, Niort. Résidence à L’Entre-Sort de Furies / Châlons-en-Champagne (51), ENAC- Ville de Toulouse.


Portfolio